La savonnerie Nantaise

Deux ouvrages résument de manière objective l’épopée industrielle savonnière nantaise et de la savonnerie française dans son ensemble.

L’ouvrage d’Emmanuelle DUTERTRE, « Savon et savonnerie : le modèle nantais », ed. MeMo, coll. Carnets d’usines, Nantes, 2005 ainsi que l’ouvrage d’Arnaud BIETTE, « L’art du savonnier parfumeur », Ed Collection regards d’entreprises.

Début XIXe siècle

1774 - Fabrique du savonLes savonneries s’installent à Nantes. L’activité de la cité des Ducs de Bretagne est en transition. Pour faire face à la pénurie d’huile d’olive et faciliter l’accès au savon au plus grand nombre, le gouvernement napoléonien remet en cause l’obligation d’utiliser uniquement de l’huile d’olive pour faire du savon. La libéralisation des matières premières est un tournant dans la fabrication du savon en France.
Le modèle nantais se différencie rapidement du modèle marseillais. A Marseille, ce sont les négociants affréteurs de bateaux qui fournissent des matières à transformer aux savonneries. Les savonneries ne possèdent pas leur fabrique de soude.

 1774 - Fabrique du savon1774 - Fabrique du savon

Dans le modèle nantais, ce sont des industriels qui vont investir dans la fabrication du savon, intégrer les ateliers de fabrication de soude aux savonneries, et pour maintenir les approvisionnements et la sécurité de la ressource, armer des bateaux.1774 - Fabrique du savon
1837
1837 - Publicité pour la savonnerie de La Morinière
La SAVONNERIE DE LA MORINIÈRE, sur les bords de Sèvre à Rezé, est une des premières à fabriquer du savon avec de l’huile de palme importée d’Afrique.

1844
1870 - Outils du savonnier 1870 - Salsola soda et salicornia des marais d’Antibes

Création de la SAVONNERIE SERPETTE. Monsieur SERPETTE part étudier à Marseille les méthodes de fabrication du « Savon de Marseille ». La première unité de fabrication de soude caustique voit le jour à Nantes.

1860
La SAVONNERIE SERPETTE emploie 250 salariés. Elle devient armateur de navire pour aller chercher sur les côtes africaines l’huile de palme. 6 navires feront les rotations vers l’Afrique. On compte 5 autres grandes savonneries à Nantes, dont l’HUILERIE LEBLANC (80 salariés), et la savonnerie des frères TALVANDE (180 salariés).

1882
1882 - Etablissements Biette depuis la boire de Toussaint Carte postale
Naissance de la plus grande savonnerie nantaise, « ALEXIS BIETTE », fondeur de suif, fabricant de bougies, de savons parfumés et de parfums.

1884
1930 - Vue générale de la salle des chaudrons - Etablissements Biette 1930 - Salle des chaudières - Etablissements Biette

Le brevet des frères SERPETTE marque un tournant technologique de la mise en œuvre du procédé marseillais au chaudron.

1927
1930 - Atelier d'emballage - Etablissements Biette 1930 - Laboratoire de la parfumerie - Etablissements Biette

Maxime BIETTE fédère 25 savonniers de toute la France et crée la Chambre syndicale de savonnerie industrielle et de ménage.

Première moitié du XXe siècle
1927 - Fûts d'huiles à la savonnerie Magra
Le groupe britannique LEVER rachète les savonneries MAGRA (Leblanc), TALVANDE et enfin BIETTE fin des années 40. La SAVONNERIE NANTAISE créée en 1915, propriété du groupe britannique LEVER, est rachetée en 1941 par Monsieur Clair BERNARD. Elles subissent les bombardements alliés de 1943 et sont détruites à 75%.

Seconde moitié du XXe siècle

La SAVONNERIE CLAIR BERNARD renaît des cendres de la SAVONNERIE NANTAISE en 1947 sur la commune de Rezé en banlieue sud de Nantes.

Fin des années 70, la SAVONNERIE BIETTE cesse son activité. Les savonneries nantaises tout comme l’ensemble des savonneries en Europe subissent une profonde mutation du marché de l’hygiène corporelle et de la détergence ménagère.

L’arrivée et le développement des molécules de synthèse de la chimie moderne, l’arrivée des produits liquides d’hygiène corporelle, l’essor de la machine à laver le linge condamnent un grand nombre d’outils industriels vétustes qui ne sauront pas prendre ce virage économique de la fin du XXe siècle.

XXIe siècle

La SAVONNERIE & PARFUMERIE BERNARD a été reprise par SAVONNERIE DE L’ATLANTIQUE en 2006. Aujourd’hui, SAVONNERIE DE L’ATLANTIQUE est la seule savonnerie de dimension industrielle en France à fabriquer du « Savon de Marseille ».
Remerciements
Nous remercions chaleureusement les Editions MeMo pour les illustrations extraites des carnets d’usines savons et savonneries, le modèle nantais d’Emmanuelle Dutertre, ainsi que M. Biette pour nous avoir ouvert ses archives.